Prendre soin de soi

Prendre soin de Soi, au delà du plaisir que cela nous procure et lorsqu’il est fait dans l’écoute profonde de nos besoins, est toujours un acte apaisant et transformateur.  Il y a une multitude de moyens de prendre soin de nous, en voici un petit échantillon, je vous laisse réfléchir à d’autres choses qui vous feraient du bien, très bon exercice pour se rendre compte justement de tout ce qui nous ne faisons pas assez pour nous-même, dans la croyance peut être que nous ne le méritons pas, ou qu’il s’agit d’égoisme (plus nous nous donnons de l’amour et de l’attention, et plus nous sommes à même de le redistribuer, de donner naturellement et infiniment sans se sacrifier ou nier nos besoins).

Un des conseils que j’ai toujours plaisir à donner est celui-ci : Chantez! Sous la douche, dans votre voiture, en marchant, en cuisinant…chaque son qui sortira de votre bouche, mélopée de votre âme, vous fera un bien fou. Chantez pour retrouver la joie et la spontanéité de l’enfant, pour vous exprimer à vous-même tout votre amour, ou pour l’exprimer aux autres et au monde. Si vous n’êtes pas à l’aise avec des paroles, vous pouvez simplement entonner un chant bouche fermée sur le son « mmmmmh », ou utiliser les voyelles, inventer une langue secrète, une douce mélodie pour vous bercer. Chantez pour les plantes, pour la mer, pour les rivières, pour les arbres, pour le soleil et la lune. Chaque vibration d’amour compte,  et vous est retournée démultipliée, alors ne vous en privez plus!

Le chant de mantra est un outil de transformation et de création très puissant également. Vous pouvez soi chanter ou réciter des mantras de votre connaissance (on en trouve beaucoup sur internet ou dans le livre cité ci-dessous), soit en inventer. Il s’agit d’un mot, de plusieurs ou d’une phrase qui nous aident à nous relier à notre Source, à notre lumière. Ce sont les vibrations des mots qui comptent ici :

« Tout mantra qui vous vient facilement ou spontanément est celui que vous devez réciter. Il doit vous émouvoir et être pareil à une musique jaillissant du coeur. » Mère Meera

Observer, sentir et accueillir pour transformer

Au quotidien, à chaque instant il nous est possible de nous arrêter un moment pour observer et sentir ce qui est là, ce qui se meut à l’intérieur de nous. Devenir témoin de ce qui nous traverse est une étape fondamentale de la transformation, car ce qui est mis en lumière avec amour et bienveillance est ainsi transmuté par cette lumière de l’Etre, de la Conscience. Observer, c’est mettre de la distance entre ce par quoi nous sommes traversés (pensées, émotions, ressentis, douleurs physiques…), et ce que nous sommes en essence, notre nature éternelle et inaltérable. Nous cessons alors de nous identifier à nos différents états, à nos croyances, à nos expériences passées, et nous créons un espace d’accueil et d’amour pour tout ce qui a besoin d’être vécu, même les émotions les plus intenses. Cela parait parfois insurmontable, trop difficile, mais peu à peu, nous comprenons que ce qui est réellement douloureux plus que toute autre chose, c’est de retenir le flux de vie qui circule en nous, d’étouffer nos émotions, de ravaler notre colère qui finit par nous ronger de l’intérieur et développer telle ou telle maladie.

Nous n’avons, pour la plupart d’entre nous jamais appris à sentir, à accueillir ce qui nous traverse au moment même ou cela survient. Une frustration, de la tristesse,la colère, la déception ou le découragement…Nous avons plus régulièrement entendu « calme toi ça n’est rien » ou « tu fais trop de bruit tais toi », ou « la colère ça n’est pas bien », ou encore « soit courageux/se! »…devenu adulte, ces voix là résonnent encore en nous, elles sont devenues des parts de nous même parfois extrêmement violentes qui tentent de minimiser les faits, ou au contraire qui les exagèrent pour diverses raisons, qui sont toujours liées aux peurs du mental ou enfant-moi et à sa perception de la réalité.

Tout le processus consiste donc à peu à peu quitter la sphère du mental (on peut le remercier au passage car il agit comme un gardien protecteur, et lui dire que nous n’avons pas besoin de lui à ce moment là, qu’il peut se reposer en confiance, sans peurs) et de s’installer plutôt dans nos sensations, dans notre corps, dans une attitude de non-jugement et d’ouverture. Il s’agit là de dire oui à ce qui est, en l’occurrence à ce qui nous traverse dans l’instant. Comme si nous faisions un pas en arrière, plusieurs fois par jour et particulièrement lorsque l’on se sent mal, stressé ou un peu triste, nous pouvons nous poser cette question intérieurement, en fermant les yeux : comment je me sens là maintenant? qu’est ce que ça fait dans mon corps? Y a t-il des sensations que je perçois à des endroits précis en moi et dans mon corps? (gorge serrée, boule au ventre, fourmis, chaleur, douleurs…), quelles sont les pensées qui me traversent et que réveillent-elles en moi? A partir de là, nous créons pour nous même un contenant, un contenant lui même rempli d’amour qui va pouvoir accueillir ce qui nous pèse, ce qui nous tend, ce qui nous enrage même. Il suffit d’être présent à ce qui est, et de le laisser vivre. Facile à dire vous me direz quand il s’agit d’émotions vives, mais croyez-en mon expérience, nous sommes toujours capable de vivre une émotion qu’elle qu’elle soit, et la vivre pleinement  en présence ne peut que nous apporter un profond soulagement. Il est parfois bon de se faire accompagner dans ce processus lorsque la peur de sentir certaines émotions est trop forte, bien entendu.

Faire une pause dans nos activités, fermer les yeux, et observer avec compassion, laisser vivre ce qui demande à s’exprimer. Voila une des clés de la transformation, ou plutôt de l’émergence de notre nature profonde. N’ayez pas peur de sentir, car même si les émotions sont intenses pendant un temps, quand le mental n’intervient pas, elles finissent par s’épuiser, enfin libres de circuler, et pour cela, le corps est une porte à privilégier, car le corps ne pense pas, il vit!

Entraîner vous à observer, notamment quand vous n’êtes pas pris au corps par une émotion désagréable. Il est plus facile de se centrer quand la mer est calme que pendant la tempête, au début du moins. Exercez vous à revenir régulièrement dans vos ressentis, dans votre corps. Lorsque vous placez toute votre attention dans une ou plusieurs parties du corps, vous entrez peu à peu dans l’espace de vastitude, l’espace serein en vous, la présence. Faites l’expérience maintenant de sentir votre main, peu à peu, plus rien d’autre n’a d’importance que les sensations qui habitent cette main. Le mental s’apaise et vous êtes simplement là, pas dans le futur, ni dans le passé, mais ici et maintenant. Cet exercice nous entraine à ressentir et à être présent à nous-même, en amour avec nous-même. Il peut être pratiqué sur toutes les parties du corps successivement, en alternant le côté gauche et le côté droit de notre corps (pied gauche puis pied droit, main gauche puis main droite, épaule gauche puis épaule droite etc…)

Nos émotions sont des signaux d’alarme qui nous disent : « il y a là un besoin profond qui n’est pas nourri en moi. » Ce peut être un besoin de respect, un besoin de compréhension, de partage, de douceur, de paix… Après avoir observé, ressenti et accueilli ce qui est là, c’est à dire après avoir dit oui à ce qui est, nous pouvons nous demander : « Quel besoin n’a pas été nourri? » et par la suite « que puis-je mettre en oeuvre, en action pour nourrir ce besoin en moi? ». Car nous avons toutes les ressources en nous pour nourrir nos besoins fondamentaux, dans le sens où toutes les énergies recherchées (paix, joie, amour, tendresse…) sont déjà présentes en nous. Peut-être il s’agira d’apprendre à nous respecter dans nos limites, de prendre des temps de pause et de relaxation dans notre travail, de nous traiter avec douceur et patience, de nous entourer de personnes bienveillantes et de prendre de la distance avec d’autres, de s’offrir un bain aux lueurs des bougies, de nous féliciter pour le travail déjà accompli, de s’écrire une lettre d’amour, de prendre soin de notre alimentation, de changer de métier, de faire de la danse ou d’apprendre à jouer d’un instrument, de dire non quand le coeur le crie à l’intérieur et d’oser exprimer à l’autre ce que l’on ressens… Plutôt que de systématiquement demander aux autres de nourrir nos besoins, prenons conscience de tout ce que nous pouvons déjà faire pour nous même, du fait que nous sommes pleinement responsables de la relation que nous entretenons avec nous-même, et que tout ce que nous invoquons à l’extérieur de nous vit en fait à chaque instant dans notre coeur. Je vous invite à vous renseigner au sujet de la communication non violente, car cette pratique est un outil merveilleux pour prendre conscience de nos émotions et de nos besoins, pour nous aider à reprendre là responsabilité de ce que nous vivons et surtout de ce que nous percevons de la réalité.

http---toledorosesociety.org-images-love_and_peace.jpg

La respiration consciente

La respiration consciente est un moyen on ne peut plus simple et accessible de se recentrer, de contacter notre paix intérieure, notre force, de conserver notre énergie au lieu de la disperser inconsciemment, d’agir de manière adaptée aux situations et non plus réactive, de vivre vraiment l’instant présent, et de cesser ainsi de se perdre dans les méandres du passé et les projections du futur.

Il s’agit de porter une attention bienveillante, exempte de tout jugement a notre respiration naturelle, sans rien forcer. D’en faire tout d’abord l’objet de notre concentration, pour ensuite se fondre pleinement dans ce mouvement de vie. Les pensées ne tardent pas a nous assaillir, surtout ne les rejetez pas avec violence, observez les sans les suivre et revenez à la respiration. Plutôt que de vous blâmer d’être partis, félicitez vous d’être revenus, en souriant. Chaque seconde de présence compte, et contribue à nous rapprocher de notre Source de Vie. Ainsi nous pouvons prendre un petit temps pour cela dans la journée, quelques minutes assis ou allongé (seulement si on est pas trop fatigué et que l’on ne risque pas de s’endormir), et nous pouvons également revenir à notre respiration tout au long de la journée, dans nos tâches quotidiennes, lorsque nous nous habillons, que nous travaillons, que nous cuisinons, mangeons, en nous réveillant et avant de nous endormir…les effets positifs de ce nouveau mode de vie sont innombrables, et je ne conseillerai jamais assez de respirer en conscience, ce qui reviens à vivre en conscience, dans le présent, pour enfin gouter aux merveilles qui nous entourent à chaque instant (pour plus d’information à ce sujet, vous pouvez consulter les ouvrages et vidéos de Thich  Nhat Hanh, Reine Claire et Mario Gaal, Eckhart Tolle, Jon Kabat Zinn).

Un autre conseil tout simple, le voila : Souriez! Eh oui, on pense toujours au fait que le sourire est une résultante de la joie, mais pas qu’il est aussi créateur de joie et de sérénité. Comme le dit si bien la petite Jade dans le livre de François Garagnon : « Tu sais, ça m’est déjà arrivé d’être bien malheureuse. Eh bien, je me suis aperçue que la seule façon de chasser le brouillard qui plane à l’intérieur, c’est de faire briller un moment des rayons de sourire. Tu me diras : c’est difficile de sourire quand on est malheureux. En fait, on apprend. Et on s’aperçoit vite qu’il est encore plus difficile d’être malheureux quand on sourit. Voila voila. »

Dans les moments difficiles, sans pour autant nier nos émotions, sourire nous aide à prendre de la distance, à se sentir reconnaissant pour les épreuves rencontrées qui nous invitent à nous aimer toujours d’avantage, à détendre et décrisper notre visage et tout notre corps (cela agit physiquement comme un signal à l’intérieur de nous). Le sourire invite au recueillement et à la gratitude, il est aussi un geste de bienveillance envers nous-même (oui car il ne s’agit pas de sourire artificiellement comme on sourirait poliment, mais plutôt d’un geste authentique d’amour envers soi) alors ne vous privez pas, vous en verrez tout de suite les effets bénéfiques. N’hésitez pas à vous sourire avec bienveillance devant la glace également, vous constaterez à quel point votre beauté est grande et profonde.

Les sons, comme expliqué dans les autres articles de ce site, ont un grand pouvoir transformateur. Ils nous influencent dans notre quotidien, ils peuvent réveiller en nous des émotions, agréables ou le contraire.

Je recommande à tous de porter une grande attention aux sons que nous laissons entrer dans notre espace de vie, dans notre intimité, avec lesquels nous nous nourrissons. Selon l’heure de la journée, nous avons besoin d’être stimulés, ou au contraire, de ralentir le rythme, de nous poser calmement dans notre présence. A toute heure, il est bon pour l’âme et le corps de s’imprégner de vibrations lumineuses, surtout si l’on vit dans une grande ville où les vibrations sont multiples et pas toujours très élevées.

Voici donc quelques conseils musicaux, des sons emplis de belles fréquences qui vous seront d’une douce aide au quotidien pour vous recentrer, nourrir vos graines de joie et d’amour, vous recharger en énergie positive pour affronter les moments difficiles. Ces musiques sont pour la plupart disponibles sur youtube (et je vous invite aussi à rechercher par vous-même les sons qui vous apaisent) :

  • Snatam Kaur
  • Jay Jagdeesh
  • Ajeet Kaur
  • Peter Kater
  • Ayla Schafer
  • Ani choying Drolma
  • Lama Gyurme – Rain of blessings
  • Deva Premal
  • Peia
  • daiqing tana
  • Laboratorium Piesni
  • Indré Jurgeleviciuté
  • Ashana
  • Soeur Marie Keyrouz
  • Yunchen Lhamo
  • Logos – Stephen Sicard
  • Emmanuel Comte
  • Danit Treubig
  • Sainkho Namtchylak
  • Arvo part
  • Michel Pépé
  • Jean-Marc Lometec
  • Sheila shandra
  • Mirabai Ceiba
  • Jane Winter
  • Tera Naam
  • Wah!

Voici également des ouvrages que j’ai aimé, qui m’accompagnent sur ma route et que je recommande à toute personne qui s’engage sur un chemin de connaissance et d’amour de Soi, et qui s’intéresse aux sons conscients comme outil spirituel et thérapeutique:

  • « Le pouvoir du moment présent – Eckhart Tolle et autres ouvrages
  • « Au coeur de la tourmente, la pleine conscience » – Jon Kabat Zinn
  • « La voie du sentir » – Luis Ansa
  •  » La sérénité de l’instant », « La colère », « Prendre soin de l’enfant intérieur » – Thich Nhat Hanh (voir aussi « village des pruniers » en France pour pratiquer)
  • « Se libérer et vivre la magie de la vie » – Stephane Colle (guide puissant pour s’ouvrir au Soi, à notre véritable nature)
  • « Les 5 blessures de l’âme », « La guérison des blessures » , la série « Ecoute ton corps » et autres ouvrages – Lise Bourbeau
  • Les 13 mères originelles – Jamie Sams ( un ouvrage extraordinaire dans lequel Jamie Sams nous transmet des enseignements amérindiens ancestraux, au rythme des gardiennes de chaque mois, un processus très profond et guérisseur aussi bien pour les femmes que pour les hommes)
  • « Transparence » et « le chant des voyelles »- Reine Claire et Gaal
  •  » La sérénité de l’instant » et autres ouvrages – Thich Nhat Hanh (voir aussi « village des pruniers » en France pour pratiquer)
  • « Vivre sa spiritualité au quotidien » (l’art de bénir) et autres ouvrages – Pierre Pradervand
  • Tous les ouvrages de Anne Givaudan et Daniel Meurois (« Formes-pensées », « les neuf marches », « ils voulaient un garçon »…)
  • « Les mots sont des fenêtres (ou bien des murs) » – Marshall B. Rosenberg (pionnier de la communication non violente)
  • L’empathie, le pouvoir de l’accueil – Jean Philippe Faur et céline Girardet
  • « Femmes qui courent avec les loups » – Clarissa Pinkola Estés (contes initiatiques ancestraux et leurs explications sur l’énergie féminine)
  • « Lune rouge », « L’éveil de l’énergie féminine » – Miranda Gray, et autres ouvrages (les forces et la dimension sacrée du cycle féminin)
  • « Techniques de visualisation créatrices » – Shakti Gawain (pouvoir de l’intention)
  • « Les huiles essentielles féminines » – Jutta Lenze ( un merveilleux ouvrage abordant le pouvoir de l’olfaction et les propriétés subtiles des huiles essentielles au service de la ré-emergence du féminin sacré en nous)
  • « Mantras de guérison » – Philippe Barraqué
  •  Divers ouvrages de Arnaud Desjardins
  • « Les 7 plumes de l’aigle » / « Paramour » – Henri Gougaud (romans et contes initiatiques)
  • « Métamédecine, la guérison à votre portée / « Métamédecine des relations affectives » – Claudia Rainville

Et enfin une video d’Isabelle Padovani que je vous laisse découvrir si vous ne la connaissez pas déjà, sur la différence entre la bienveillance et l’estime de Soi, très claire, intéréssante et surtout très utile au quotidien!

Des musiques qui nourrissent l’âme

Comment accueillir l’enfant blessé en nous…